Semaines à thèmes #2: 3ème plan autisme 2013-2017

LBpsychomotricite 0 Comments


Petit article pour faire le point sur le 3ème plan autisme!!  

Jeudi 2 Mai 2013, Marie-Arlette Carlotti, ministre déléguée chargée des personnes handicapées et de la lutte contre l'exclusion, a présenté le 3ème plan autisme (2013-2017). " Avec ce 3ème plan autisme nous prenons enfin la direction d'un accompagnement respectueux des personnes autistes et de leur famille."


Qu'est-ce que le "plan autisme"?

Alors petit récapitulatif. Il s'agit d'un programme et d'un ensemble de mesures définis par le gouvernement français pour réfléchir et améliorer la prise en charge des personnes souffrant d'autisme.

Un premier plan de 2005-2007 a mis en avant la création de centres ressources autisme au niveau régional. Il pointait un ensemble de recommandations en matière de dépistage de diagnostic.

Le second de 2008-2010 mettait l'accent sur l'accueil en établissement spécialisé des autistes, la sensibilisation du grand public et l'orientation des familles, la formation des professionnels. Il tentait de promouvoir la recherche scientifique à travers l'élaboration d'un corpus de connaissances commun.


Le nouveau gouvernement a proposé un nouveau plan autisme pour les 5 ans jusqu'en 2017. 205 millions d'euros soit 18 millions de plus que le précédent plan ont été dégagés pour financer 5 axes d'intervention:

- le diagnostic et l'intervention précoce:
   - repérage et diagnostic (réseau d'alerte auprès des professionnels de la petite enfance, des enseignants, ..., réseau de diagnostic par une équipe pluridisciplinaire en CAMPS et CMPP, développement des centres de ressources autisme régionaux donc hausse des effectifs) 

   - prise en charge précoce et intensive (pôles régionaux d'interventions très précoces et des unités d'enseignements en maternelle) dès 18 mois de l'enfant.

- l'accompagnement tout au long de la vie depuis l'enfance:
transformer et renforcer les établissements et services médico-sociaux existants

- le soutien aux familles:
   - un accès facilité aux informations dans les centres ressources autisme, 
   - harmoniser les pratiques et informer les familles comme le grand public
   - offrir des solutions de répit pour les familles en créant des petites unités d'accueils temporaires

- la recherche:
soutenir la recherche scientifique sur les origines et les mécanismes de l'autisme, renforcer les diagnostics précoces, assurer le développement des prises en charge fondées sur l'évidence scientifique 

- la formation de l'ensemble des acteurs de l'autisme: les professionnels de santé, les travailleurs sociaux, les professionnels du secteur social, du médico-social, de la communauté éducative, les formateurs et développer les formations dans l'enseignement supérieur.

Le plan autisme dans son entier est disponible en ligne sur le site www.social-sante.gouv.fr. ou une version synthétique très claire ici.

Malgré la hausse du budget attribué par l'état, l'accueil de ce troisième plan fut mitigé: les associations trouvent une orientation positive car il suit les recommandations de l'HAS de 2012, d'autres la déplorent.

Quelques articles dans les journaux pour avoir des avis différents et affiner son opinion.
- le Monde
- le Parisien avec la vidéo de l'interview de François Hollande
- le Point 
- France Info

Les associations de parents s'interrogent sur les moyens proposés
- Autisme sans frontière
- Autisme France

L'association la main à l'oreille cherche à mettre en avant la complémentarité des approches. Avec Autisme liberté et Pélagie, ces trois associations ont décidé de s'unir pour créer un "Rassemblement pour une approche des Autismes Humaniste et Plurielle". Elles déplorent ne pas avoir le choix des thérapeutiques et approches. Certains de leurs membres participent et interviennent régulièrement lors des colloques et divers congrès.

Vous pouvez ainsi retrouver l'émouvant témoignage de Patrick Sadoun, lors du congrès de la CIPPA du 13 et 14 Mars 2015, père d'un adulte autiste. Il raconte leur parcours auprès des professionnels et surtout ses doutes, sa culpabilité, le besoin de soutien et d'un espace de parole pour déposer ses inquiétudes et angoisses. Sa communication s'intitule "dire l'indicible".

Et vous, les collègues psychopotes, qu'en pensez-vous?

0 commentaires:

Un commentaire? Une réflexion? Dites-nous tout!