Vice-Versa, le dernier Pixar

blog 1 0 Comments

Le nouveau film des studios Pixar est intitulé"Vice-versa" en France, "Sens dessus dessous" (titre plus fidèle au sens du film) pour les québecois ou "Inside out" pour le titre original. Il est sorti le 17 Juin 2015. Réalisé par Pete Docter (Docter tiens tiens!!), il est encensé par la critique pour la beauté des images et son côté brillamment juste au niveau neuropsychologique. Original, drôle et touchant à la fois, Vice-versa est un film d'animation pour les petits et les plus grands. 



Synopsis


"Au Quartier Général, le centre de contrôle situé dans la tête de la petite Riley, 11 ans, cinq Émotions sont au travail. À leur tête, Joie, débordante d’optimisme et de bonne humeur, veille à ce que Riley soit heureuse. Peur se charge de la sécurité,  Colère s’assure que la justice règne, et Dégoût empêche Riley de se faire empoisonner la vie – au sens propre comme au figuré. Quant à Tristesse, elle n’est pas très sûre de son rôle. Les autres non plus, d’ailleurs… Lorsque la famille de Riley emménage dans une grande ville, avec tout ce que cela peut avoir d’effrayant, les Émotions ont fort à faire pour guider la jeune fille durant cette difficile transition. Mais quand Joie et Tristesse se perdent accidentellement dans les recoins les plus éloignés de l’esprit de Riley, emportant avec elles certains souvenirs essentiels, Peur, Colère et Dégoût sont bien obligés de prendre le relais. Joie et Tristesse vont devoir s’aventurer dans des endroits très inhabituels comme la Mémoire à long terme, le Pays de l’Imagination, la Pensée Abstraite, ou la Production des Rêves, pour tenter de retrouver le chemin du Quartier Général afin que Riley puisse passer ce cap et avancer dans la vie… " (décrit sur Allociné.fr).

Depuis la petite tête de cette pré-adolescente, nous sommes plongés dans les chamboulements émotionnels d'une enfant qui grandit. Nous suivons deux histoires parallèles, le chamboulement dans la vie de Riley face à ce déménagement et les péripéties de ses émotions, des toons déjantés personnifiant la Joie, la Tristesse, la Peur, la Colère et le Dégoût. Lorsque les deux émotions Joie et Tristesse sont éjectées malencontreusement de l'ordinateur cérébral, Dégout, Peur et Colère se retrouvent seuls pour gérer les comportements de Riley. Ces doux dingues vont avoir des réactions disproportionnées.

En effet, pendant la petite enfance, c'est Joie qui prend le contrôle. Comme une petite fée, elle s'attache à faire des journées de Riley une succession de bons moments devenant des souvenirs joyeux. Elle tente alors d'écarter Tristesse, profondément mélancolique parfois presque catatonique, qui commence à devenir plus présente et à transformer certains souvenirs. Le duo mi-comique mi-tragique permet de mettre en lumière qu'il faut un nécessaire spleen à la vie pour avancer.

La bande annonce:



Un certain regard psychomoteur ...


Des bases scientifiques:

Lors de la conférence de presse à Cannes 2015, le réalisateur explique comment il a du simplifier  la représentation du "quartier cérébral" pour que son fonctionnement soit suffisamment clair. Il s'est appuyé sur des bases de connaissances psychologiques scientifiques avec l'aide des psychologues Paul Ekman et Dacher Keltner qui ont tous les deux étudiés les émotions et les attitudes sociales. Entre neurosciences et psychanalyse (la plongée dans l'inconscient top!), cette création artistique a réussi à travers les pixels des personnages à traduire les impulsions électriques neuronales. Et les
idées sont des ampoules à allumer!! De subtils détails sont à découvrir tout au long du film.

Une cartographie cérébrale onirique:

le "quartier cérébral"
Le psychisme, complexe et dense, est dessiné comme un dédale de mondes spécifiques. Le train des pensée circule entre tous ces quartiers mais il s'arrête pendant la nuit. Le "quartier cérébral" où réside les  cinq principales émotions, coordonne tout depuis cette tour de contrôle comme le traitement de la mémorisation.

La mémoire centrale rassemble les souvenirs essentiels nourrissant les différentes îles de personnalité, les traits de caractères et les valeurs forgés par les différentes expériences. Les souvenirs sont stockés dans une grande bibliothèque, ils y sont envoyés pendant le sommeil et particulièrement durant la phase paradoxale. Ils sont colorés en fonction de l'émotion qui y est liée. Cette mémoire à long terme, joliment représentée, présente cependant une inexactitude: les souvenirs ne sont pas figés mais bien modifiables dans le temps.
La bibliothèque des souvenirs

L'oubli est ici un gouffre, un "trou noir" abyssal qui dissipe les souvenirs les plus anciens, bien que celui d'une pub demeure une chanson entêtante!! Joli paradoxe...

Pendant le sommeil, les expériences sont également transformées en abstractions comme des portraits cubistes passant d'une représentation en volume à une vision simpliste à 2 dimensions.

Le monde de l'imaginaire a pour héros un éléphant rose à queue de raton laveur avec les quartiers enfantins des nuages, des biscuits, ... Ce parc d'attraction évolue en fonction des intérêts de Riley. Ainsi, le château de princesse disparait au profit du générateur de petit ami!!!


Le studio des rêves représenté comme un studio hollywoodien est placardé d'affiches des grands succès comme le classique rêve "je peux voler" ou le cauchemar "tomber sans fins" (comme une symbolisation de l'angoisse d'effondrement?!?). Les acteurs y rejouent les souvenirs de la journée et des reviviscences plus anciennes. Des gardes protègent le subconscient, prison où l'on enferme les éléments perturbateurs. Les plus grandes peurs sont mises à l'écart mais elles peuvent ressurgir notamment dans les cauchemars.

Les émotions:

Ce film d'animation illustre comment les émotions colorent notre perception du monde. « Quand vous êtes dans un état craintif, tout est imprégné de menace, d'incertitude et de périls », explique Dacher Keltner. Et quand Riley est triste, dit-il, même ses souvenirs heureux prennent une teinte de bleu.


Joie est une petite fille virevoltante pleine d'énergie. Elle veut prendre le contrôle du centre de commandement pour remplir la vie de bonheur et de positivité. Dégout est une adolescente pimbêche assez maniérée, Colère est personnifié par une homme petit, trapu et moustachu. Peur est tout maigre avec des gros yeux hypervigilants bourrés de tics nerveux. Tristesse est représentée par une femme ronde , déprimée, en forme de goutte d'eau comme une grosse larme. Elle est de couleur bleue pour symboliser l'expression "avoir le blues". Son corps parait flasque et difficile à mouvoir. Ici chaque personnage véhicule l'émotion par ces représentations corporelles. Une jolie allégorie du lien corps-émotion.

Ce film d'animation nous fait passer du rire aux larmes en revisitant avec l'héroïne les souvenirs de l'enfance. Ainsi, les émotions primitives évoluent au cours du film, elles se nuancent et se complexifient avec le temps.

Tristesse, au départ considérée comme une émotion négative, va devenir le sauveteur improbable. Cette émotion n'est plus à rejeter, elle devient le support à l'empathie et à la nostalgie, ce souvenir teinté de joie et de tristesse, une émotion combinée.

La théorie de l'esprit qui désigne en sciences cognitives, la capacité de se représenter son état mental, émotionnel et de reconnaitre qu'autrui possède également des états mentaux différents des siens est mise en évidence. Le père et la mère de Riley possèdent également des petites voix intérieures qui guident leurs actions. A revoir la scène hilarante du repas où chaque personnage vit ce moment différemment. Et le générique de fin permet de faire durer un peu plus longtemps ce joli moment en nous plongeant dans la tête de différents personnages secondaires.

La question du temps irréversible:

Vice-versa nous plonge dans le cerveau d'une pré-adolescente. Ce passage de l'enfance à l'adolescence est illustré par le bouleversement émotionnel et la fin de l'insouciance. Ces tumultes psychiques submergent la jeune Riley mais ils sont également source de réaménagements profonds.

L'éléphant en barbe à papa, compagnon imaginaire, symbolise l'enfance. Il se sacrifie, "tombe dans l'oubli" pour laisser grandir Riley.

Ce triste sort pour cet ami fidèle, joyeusement loufoque, semble inévitable pour pouvoir entrer dans le monde adulte, moins déjanté. Le metteur en scène raconte que cette idée de film est née de l'observation de sa fille Elly. « Je suis parti de la fin de l’insouciance que je considère comme une tragédie. Nous perdons quelque chose de fondamental en grandissant. Tout le monde est capable de le ressentir : les adultes dans une forme d’empathie rétrospective et les enfants parce qu’ils sont en train de le traverser. Quand j’ai vu Elly, ma fille joyeuse et extravertie, se replier sur elle-même, je me suis demandé ce qui se passait en elle. Ce film est né de mes questionnements, de mes recherches pour tenter d’y répondre, de mon désir de maintenir le lien et la voir heureuse. » 

Ce film d'animation est un voyage fantastique qui nous déplace de l'extérieur de la vie d'une fillette à l'intérieur de son psychisme. Ce corps intérieur est alors dématérialisé pour rendre une vision luxuriante de l'espace mental.

Bref, un joli film transgénérationnel qui plaira autant aux petits qu'aux plus grands.

Qu'en avez-vous pensé?

0 commentaires:

Un commentaire? Une réflexion? Dites-nous tout!